Nos amis les bêtes


(louiskanak) #61

Elle est magnifique! Bienvenue a Pixelle


(...is Goal_007 on PSN) #62

Elle…
Et c’est une vrai garce!

Je dirais même une vraie chienne…


(elodie06) #63

boaaah pixel n#est-ypas qu’elle est joulie !


(Je suis #Shojin) #64

Ca y est ! Le mystère est percé. Tu es la femme de @mqxou !
Je vois personne d’autre qui pourrait trouver ce chien joli.


(elodie06) #65

ahahaha, ben regarde sa petite boubouille !


(louiskanak) #66

#67

La gratuité et la lenteur de cette attaque :joy::joy::joy::joy:


(mqxou) #68

Mon petit poney


(Je suis #Shojin) #69

C’est sa draisienne ?


(louiskanak) #70

Hate de le voir faire du tricycle.


#71



Un nouveau venu dans la famille: Sirius. J’adore les siamois.
Ainsi, ça fera 3 félins à la maison.


(louiskanak) #72

Il est superbe ton chaton!


#73

:blush: Merci


#74

Aaaahhhh nos amis les bêtes…

C’est beau, un accouplement de libellules, hein ? Comment rester de marbre devant cette parade formant ce petit cœur de travers, dont la forme imparfaite lui confère ce charme si touchant, dans un équilibre qu’on imagine fragile et fugace ? Quelle plus belle image pour symboliser l’amour dans toutes ses acceptions ? Qui d’autre que Dame Nature pour nous prodiguer pareil miracle ?

Eh bien personne. Pas même Dame Nature.

Non. La réalité est tout autre.

Laissez-moi en effet vous décrire, de façon zoologique, froide et clinique, l’accouplement chez les libellules.

Roulant des mécaniques, le mâle choisit d’abord un territoire à défendre, un quartier, vrombissant ses deux paires d’ailes dont le battement génère de clinquants reflets qui ne sont pas sans rappeler le fier scintillement des jantes alu d’une Chevrolet Camaro.

Il se met ensuite à la recherche d’une femelle à dominer, pour manifester son emprise territoriale et accessoirement se vider les bourses. S’il n’a pas le courage de faire une parade nuptiale de quelques secondes, il se tapit dans l’ombre et assaille la première femelle vulnérable venue.

Il la saisit alors par la tête avec sa pince anale et tire sa victime pour la violer dans un lieu approprié, c’est-à-dire devant l’objectif des paparrazi documentaristes animaliers, histoire de bien montrer qui c’est Raoul. Après avoir été traînée par les cheveux avec une tenaille du cul, donc, la femelle tente de repousser l’agresseur, probablement dans un réflexe, mue par l’instinct de survie, et positionne son abdomen à l’endroit même où le mâle retient la purée. Il ne lui en faut pas plus.

Soulagé mais pas rassasié, il se met en quête d’une autre victime, en titubant et en gueulant très fort. De son côté, la femelle ne sait que faire de cette semence si brutalement recueillie. Elle aimerait pouvoir se cacher pour expulser cette offrande imposée, autrement dit : pondre. Comment se retirer sans attirer l’attention d’autres prédateurs errants, excités par la perspective réjouissante d’une baise sans effort, ayant pour seule et faible opposition les derniers soubresauts d’une femelle paniquée et fatiguée, ultimes convulsions qui donnent à son attitude les airs extatiques d’un consentement tout à fait ironique ? C’est une intéressante (mais longue) question. Un enquêteur chercheur suisse a découvert que certaines femelles feignaient la mort pour échapper à leurs indésirables postulants, ce qui évoque immanquablement les heures les plus sombres de l’Histoire de l’Yonne. Et quand par chance la femelle, souillée et re-souillée, la tête pincée à plusieurs reprises dans des fions, arrive à trouver un point d’eau à l’abri des regards, elle y rejette ses œufs, dégoûtants fruits de ces outrages, en pleurant comme un veau. Vraisemblablement contaminés par cet héréditaire sentiment de honte, les rejetons préféreront passer plusieurs années sous l’eau avant d’émerger et de devenir adulte, soit un mâle futur violeur récidiviste, soit une femelle qui sera battue et déshonorée tout au long de sa vie.

Ainsi va le cycle de la vie chez les libellules (dont le nom anglais caractérise d’ailleurs beaucoup mieux la nature violente).

Et encore je vous ai passé les détails.

Avertissement, cette vidéo pourra heurter les âmes sensibles :


Au prochain numéro : le drame quotidien des caméléons daltoniens, les dessous de la culture de la moule perlière et un tuto pour savoir régler l’ampoule rectale des Monacoa griseus.


(Rojo Misaki) #75

Je m’attendais à voir plus de photos de “membres”


#76

Est-ce que tu pourrais me conter la reproduction des bébés saumons albinos?


#77

Boh y a plus violent … La mante religieuse devore carrément le male apres l’accouplement!


#78

@Staline76, je te susurrerai cette histoire en jouant à Rocket League (avec la voix de Morgan Freeman).

@Trizom, certes, mais les mantes ne forment pas un cœur en niquant.

@rojo_misaki, plus de photos de “membres” ? C’est un appeau destiné à me faire (déjà) bannir ?

Soit.

[spoiler]J’ai surpris hier dans mon jardin un nuisible en train de bouffer mes plantes grimpantes :

C’est en réalité mon facétieux chat, Gédéon.[/spoiler]


#79

Haha! Il a bien grandi ! C est sûrement pour se venger de la punition de la dernière fois hehe


#80

vaut mieux qu’il soit passé aux plantes et qu’il ait abandonné tes cables de téléphone ^^